Expositions virtuelles

Pour tous les curieux de la Préhistoire, néophytes ou amateurs éclairés

  • Decouvrir-Prehistolab-1.jpg
  • Decouvrir-site-enfants-1.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-4.jpg
  • Decouvrir-Mammouths-1.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-5.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-2.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-3.jpg

Les supports artistiques à la disposition de Cro-Magnon étaient très nombreux, il les a largement exploités et souvent de façon très talentueuse.

On peut distinguer deux grandes catégories d’expression artistique pendant la préhistoire : l’art dit « immobilier » qui ne se déplace pas, que l’on vient voir, dans les grottes par exemple … et l’art dit « mobilier » (de mobile) qui se déplace, qui s’échange…

Un artiste paléolithique. Illustration M.-O. NadelL'art immobilier 

L'art pariétal 
C’est l’art des parois des grottes. Les artistes ont utilisé différentes techniques pour s’adapter à la nature très variable de la roche tantôt très friable tantôt plus dure, recouverte de calcite. Ainsi, des techniques telles que le dessin, la peinture (au tampon, au pochoir, au soufflé), la gravure voire même la sculpture ont été employées pour orner certaines cavités.Certaines étaient même employées ensemble : le contour d’un cheval peint pouvait être repris par un léger trait gravé pour un meilleur rendu. Le relief naturel de la roche a largement été employé pour mettre en valeur toutes ces figurations.

L'art rupestre
Iil désigne les gravures préhistoriques disposées à l’air libre. Il est particulièrement bien représenté en Europe méridionale où les grottes ornées sont plus rares. Largement exposées aux intempéries, les figurations découvertes sont profondément gravées ou piquetées. La peinture est absente. Il est rare de pouvoir dater directement ces œuvres sauf dans des cas particuliers où un panneau gravé est recouvert d’un niveau archéologique lui-même daté. Contrairement à l’art pariétal ou sur bloc, les représentations peuvent être éparpillées sur plusieurs dizaines de kilomètres carrés.

L'art sur bloc
La limite entre l’art pariétal et l’art mobilier (des objets) n’est pas nette ; certains blocs provenant du détachement de la paroi d’autres pouvaient être plus ou moins transportables. Pour autant, il existe bien un art sur bloc probablement destiné à rester dans l’habitat (donc immeuble). Ces blocs ornés sont connus par exemple à Castanet (vallon de Castelmerle). Ils peuvent être profondément gravés, piquetés ou sculptés d’animaux schématiques, de sexes féminins ou de cupules ou de figurations plus achevées.

L'art sur dalle
Moins fréquent, cet art concerne les gravures et en particulier les modelages d’argile exécutés sur le sol de certaines grottes (Les bisons du Tuc-d’Audoubert). La fragilité de ces œuvres peut en expliquer la rareté.

 

L'art mobilier

Les outils
Ce sont par exemple des lissoirs et des spatules en os, ivoire ou bois de cervidé servant au travail du cuir et de la peau (vêtements). Ces outils peuvent porter des incisions, des lignes ponctuées ou des figurations animales.Parmi ces objets utilitaires, les préhistoriens classent le « bâton percé » dont la fonction, malgré de multiples tentatives d’explication (38 hypothèses différentes ! ), reste énigmatique. 

Les armes
Façonnées en os, ivoire ou bois de cervidé, les pointes de sagaie et les harpons sont les armes portant le plus de décorations. Leur utilisation assez brève explique probablement la simplicité de leur décor. Pour les pointes de sagaie, ce décor est plus souvent géométrique que réaliste (Isturitz). En revanche, les harpons, qui ne semblent pas toujours utilisés que pour la pêche, peuvent présenter des motifs figuratifs (La Madeleine).

La parure
Ce terme désigne tout ce qui peut être suspendu sur le corps ou attaché à un vêtement ; il peut s’agir d’objets naturels peu ou pas modifiés (des dents animales comme les canines de renard ou les craches de cerf, coquillages fossiles ou ramassés sur les rivages, comme les dentales) ou d’objets façonnés en pierre, en os, en bois de cervidé, en ivoire… Parmi ces derniers on trouve des pendeloques plates et allongées aux formes régulières et aux décors variés. La parure la plus fréquente est constituée par des petites perles façonnées en série. Plus rares sont les bracelets ou diadèmes en ivoire.

Les plaquettes
De très nombreuses plaques ou plaquettes en calcaire, en grès, en schiste, en marne ont été retrouvées, couvertes de gravures, dans les habitats associées à d’autres activités humaines telles que le foyer ou la taille du silex.

Les figurines
Datant de plus de 30 000 ans, l’art des figurines est aussi ancien que l’art pariétal avec lequel il partage les mêmes thèmes. Ces statuettes représentent des animaux, notamment des mammouths, des rhinocéros, des ours, des félins et des chevaux mais également de nombreuses figures humaines Fabriquées en ivoire, en os, en bois de cervidés ou en pierre mais également en terre cuite, elles sont retrouvées à travers toute l’Europe. Certaines sont perforées à leur extrémité évoquant une éventuelle suspension ; cependant malgré beaucoup d’hypothèses, leur fonction demeure inconnue.