Nos événements

Toute l'actualité

Les Eyzies / Dordogne - 31 janvier, 1er & 2 février 2023

 

Le Pôle d’interprétation de la Préhistoire est heureux de présenter l'intégralité de l’encyclopédie audiovisuelle des « Gestes de la Préhistoire » dont la réalisation vient récemment d’être achevée.

Collection unique par sa forme, son ambition, son étendue, elle s’avère être une référence incontournable permettant de découvrir, de mieux comprendre et de ressentir ce que furent l’ingéniosité, la maîtrise du geste et de la matière qui caractérisent les sociétés préhistoriques de chasseurs-cueilleurs qui se sont succédé, au Paléolithique jusqu’à la fin de la dernière glaciation il y a près de 10 000 ans en Europe.

Près de 10 heures de programme, 99 films de 3 à 9 minutes sont ainsi proposés. Chaque film retrace, à partir de l’état de la connaissance scientifique et des travaux de l’archéologie expérimentale, le process de fabrication des objets emblématiques et en évoque les usages.

Les trois auteurs principaux de cette encyclopédie audiovisuelle – Pascal Magontier pour la réalisation, Jean-Michel Geneste pour la direction scientifique, Serge Maury pour la coordination des expérimentations, entourés de spécialistes dans leur domaine respectif, ont su restituer avec maestria, précision, rigueur scientifique et de manière intimiste, l’étendue des savoir-faire techniques qui caractérisent les cultures du Paléolithique. Chaque film constitue ainsi un excellent outil de médiation pour mieux les appréhender.

Etablissement de médiation culturelle et scientifique grand public sur les patrimoines préhistoriques, le Pôle d’interprétation de la Préhistoire est aussi un centre de ressources au service des intervenants de la valorisation et de la médiation patrimoniale.

En proposant, autour de la collection des « Gestes de la Préhistoire », un temps d’échanges interdisciplinaires associant archéologues, ethnologues, philosophes, anthropologues, conservateurs et responsables d’institutions muséographiques, médiateurs, il s’inscrit dans l’objectif de nourrir la réflexion sur nos représentations des sociétés préhistoriques et les choix opérés dans les dispositifs actuels de valorisation et de médiation muséographiques, scientifiques et pédagogiques.

 

PROGRAMME

Mardi 31 janvier 2023 - 20h30

Soirée de lancement de l’encyclopédie audiovisuelle des « Gestes de la Préhistoire » en présence des auteurs (pour tout public sur réservation)

La démarche présentée par les auteurs
Ni fictions, ni documentaires : Les Gestes de la Préhistoire

La singularité de l’encyclopédie audiovisuelle les Gestes de la Préhistoire trouve son origine dans la rencontre de deux préhistoriens, Jean-Michel Geneste et Serge Maury et d’un réalisateur, Pascal Magontier. Attentifs et respectueux des problématiques de chacun, ils ont su développer ensemble une approche originale pour représenter et transmettre des réalités révolues depuis des millénaires. Il en résulte une œuvre, rare par sa durée - 99 films entre 3 et 9 minutes chacun – qui est aussi pionnière par sa forme car elle ne reprend aucun des archétypes propres aux films de fiction et aux documentaires de télévision ; ou plutôt elle les cumule en les inversant.

S’agissant des films les Gestes de la Préhistoire, on pourrait ainsi parler de fictions parfaitement rigoureuses d’un point de vue scientifique ou de documentaires scientifiques pleinement ouverts sur l’imaginaire.

La trame de ces 99 films repose sur les expérimentations technologiques menées depuis les années 1980 par des archéologues. Leur maitrise permet aujourd’hui de restituer avec exactitude les gestes de création et d’usage d’objets techniques et artistiques apparus durant la préhistoire. S’appuyant sur ce savoir technologique, la démarche de réalisation des Gestes de la Préhistoire prend pour personnage principal, non pas l’archéologue lui-même, mais l’objet en devenir. Elle permet, sans aucun commentaire additionnel - si ce n’est à la toute fin des films - d’assister à la naissance d’un objet préhistorique qui n’était connu jusqu’alors que sous forme de vestige.

De façon délibérée, ces films n’offrent pas la possibilité de s’identifier à un personnage de fiction ou à un médiateur - qu’il soit journaliste ou préhistorien. La mise en scène doit donc impérativement provoquer l’immersion des spectateurs pour garantir leur intérêt continu. Chaque sujet nécessite ainsi la création en studio d’un décor original. Les éléments qui le composent, structures d’habitat, foyers, mobilier, vêtements, outils, … sont minutieusement reproduits et validés scientifiquement. Même s’ils n’apparaissent qu’en arrière-plan ou sont brièvement entrevus lors de mouvements de caméra, ils concourent par leur réalisme et le souci de leurs détails, à qualifier un environnement ou un habitat, crédible selon la période à laquelle l’objet - sujet du film - est apparu.

La lumière est aussi pensée avec soin. Extrêmement précise, elle met en valeur les matières travaillées et les performances techniques des outils. Lorsque l’action se déroule à l’intérieur, la qualité de l’éclairage, dont les sources sont apparentes - foyers, torches végétales, lampes à graisse - est particulièrement évocatrice des conditions de vie. Elle est souvent privilégiée telle quelle, sans apport de lumière additionnelle, quitte à ce que certaines scènes se déroulent dans une semi-obscurité. Les axes de prise de vues sont majoritairement situés à la hauteur des mains de la personne qui travaille. Assez rarement en caméra subjective, ils correspondent pour la plupart à la hauteur d’une personne assise, parfois à celle d’un enfant debout. Les cadrages sont pensés pour réduire la présence humaine à l’échelle symbolique des mains qui façonnent ou utilisent l’objet préhistorique.

En dehors d’un court commentaire en fin de film, la bande son est exclusivement construite à partir des sons synchrones des matières organiques et minérales travaillées. Tout en donnant l’illusion d’une continuité temporelle, le montage, centré sur la naissance d’un objet, tisse un jeu de pistes basé sur l’observation. D’hypothèse en hypothèse nous anticipons la transformation de l’objet en devenir. Les réponses parfois visuelles, parfois sonores, sont souvent différées pour créer un effet de suspens.

Dans aucun de ces films nous ne voyons de visages de préhistoriens, mais nous sommes « dans leurs têtes », nous partageons leurs images mentales. En l’absence de tout médiateur physiquement incarné, nous accédons ainsi directement à une représentation vivante et intime des sociétés préhistoriques.

Déroulement prévisionnel de la soirée

Introduction par le Pôle d’interprétation de la Préhistoire (Germinal Peiro, président ou Christophe Vigne, directeur)

Historique du projet et de ses développements sous ses différents aspects (scientifique, technique, expérimental …) par les trois auteurs : Pascal Magontier, Jean-Michel Geneste, Serge Maury

Présentation d’une sélection de films proposée par les auteurs et échange avec le public

 

 

Mercredi 1er février 2023 – Colloque scientifique interdisciplinaire

(ouvert à tout public sur réservation)

Innovation et préhistoire : la perception du changement dans les sociétés du Paléolithique

L’innovation ou la pensée paléolithique en action

L’Encyclopédie des Gestes de la préhistoire peut être considérée, à travers une centaine de très courts modules audio visuels, comme un panorama des techniques, modes de vie et créations artistiques apparues au cours de la période de l’histoire de l’humanité comprise entre 800 000 ans et 9 000 ans environ.

La notion d’innovation au sens où nous la considérons aujourd’hui y apparait très variée, artistique, sociale, technique, économique, sanitaire, alimentaire… pour ne citer que certains aspects évoqués dans les dizaines de films pouvant illustrer ce large thème.

Autrement dit, il est possible à l’aide d’une telle clé de lecture de reconsidérer les modes d’existence d’anciennes humanités qui apparaissent rétrospectivement comme trop statiques à travers une vision archéologique biaisée par la prédominance des traces matérielles. Elle autorise aussi une généreuse mise en perspective entre les sociétés paléolithiques et le monde contemporain au sein duquel l’innovation est sujette à une accélération effrénée en tous domaines.

Déroulement de la journée

Modération Jean Luc Terradillos, journaliste, rédacteur en chef de la revue l’Actualité Nouvelle-Aquitaine

Matin

- Introduction 

Flavia Carraro (anthropologue et ethnologue / chercheur associé au centre Norbert Elias (CNRS-EHESS) et au laboratoire ArScAn (CNRS))

- Table ronde : Innovations techniques dans le champ des activités domestiques

Films : Aiguille à chas – Bouton bilobé – Lampe à graisse – Grattoir sur lame

Géraldine Delley (historienne de l’archéologie / directrice adjointe du Laténium) - Bruno Jacomy (ingénieur arts et métiers)Frédéric Joulian (anthropologue, EHESS ) – Boris Valentin (Professeur en archéologique préhistorique – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) –

Après-midi

- Table ronde : Innovations dans le domaine cynégétique et leurs implications dans les activités de subsistance

Films : Pointe Levallois – Propulseur – Hameçon droit en os – Sagaie à rainure

Laure Fontana (archéologue environnementale ArScan Paris Panthéon Sorbonne, Paris Nanterre)Charles Stépanoff (ethnologue, EHESS Paris) – Malvina Baumann (Docteur en Préhistoire)

- Table ronde : L’Innovation dans les expressions artistiques et leurs implications dans le champ social et le domaine spirituel

Films : Flute en os – Perle en ivoire – Pendeloque en os hyoïde – Statuette articulée

Justine Emard (artiste, professeur à l’école du Fresnoy) - Philippe Grosos (philosophe / Université de Poitiers) Jacques Jaubert (professeur de préhistoire / Université de Bordeaux)

- Clôture

Dominique Desjeux (anthropologue et sociologue Paris Sorbonne)

 

 

Jeudi 2 février 2023 (matinée) – Rencontre professionnelle (professionnels des musées et de la médiation sur réservation)

De l’objet à la main : comment retracer le geste passé ?

La réalisation de l’encyclopédie des Gestes de la Préhistoire est une entreprise de longue haleine, engagée il y a près de 20 ans. Des institutions muséales, des organismes de formation, des centres d’interprétation ont, au fil des années, acquis les droits de diffusion de certains films, parmi ceux réalisés en premier, pour les inscrire dans leurs évènements et dispositifs muséographiques, scientifiques ou pédagogiques.

A partir d’exemples, de témoignages d’institutions ayant, pour certaines, diffusé les « Gestes de la Préhistoire », il s’agit d’éclairer le débat sur les choix opérés en matière de muséographie ou de pédagogie pour retracer le geste passé : quelle place donner à la reconstitution, à la représentation dans les actions de valorisation et de médiation.

- Diffusion d’une sélection de films des « Gestes de la Préhistoire » choisie par les institutions invitées.

- Echanges, témoignages, débats.

Intervenants :

Musée national de Préhistoire / Nathalie Fourment, directrice

Préhistomuseum de Ramioul / Fernand Collin, directeur

Pôle d’interprétation de la Préhistoire / Denis Loirat, médiateur du patrimoine & Serge Maury, archéologue

Nicolas St Cyr / Muséographe

Nicolas Teyssandier / Archéologue - Chargé de recherche CNRS Traces UMR 5608 Enseignant Université Toulouse Jean Jaurès