Expositions virtuelles

Pour tous les curieux de la Préhistoire, néophytes ou amateurs éclairés

  • Decouvrir-Prehistolab-3.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-2.jpg
  • Decouvrir-site-enfants-1.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-5.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-1.jpg
  • Decouvrir-Mammouths-1.jpg
  • Decouvrir-Prehistolab-4.jpg

Index de l'article

L'Homme est au cœur même des travaux et des recherches des préhistoriens, qu’il soit considéré d’un point de vue biologique (on parle alors de paléontologie humaine ou d’anthropologie préhistorique), ou du point de vue culturel (on parle alors d’archéologie préhistorique).

Au cours des 150 années de son existence, la science préhistorique a cherché à cerner l’Homme et ses origines en combinant, avec plus ou moins de bonheur, ces deux approches. Pour cela, elle a créé des notions – telles que la "race", "l’industrie", le "précurseur", la "culture", etc. – qu’elles a organisées pour formuler des théories. Ces théories ont été confrontées aux découvertes et ont servi à les interpréter, jusqu’à ce que de nouvelles théories voient le jour, pour interpréter de nouvelles découvertes.

L’homme de l’âge du renne, l’homme du Moustier, le Pithécanthrope, l’homme de Piltdown, Lucy, Neandertal et Cro-Magnon ne sont pas seulement les acteurs – réels ou imaginaires – de nos origines, ce sont aussi les protagonistes d’une aventure scientifique de 150 années qui réservent encore bien des surprises.

Ce dossier a été conçu et rédigé par Noël Coye.
Noël Coye est conservateur du patrimoine au ministère de la Culture et de la Communication à Paris et rattaché à l’UMR 5608 – TRACES de Toulouse Le Mirail. Spécialiste de l’histoire de l’archéologie préhistorique aux XIXe et XXe siècles, il a publié en 1997 aux éditions L’Harmattan, La Préhistoire en parole et en acte. Il s’est notamment intéressé à la construction du discours préhistorien et à ses sources, ainsi qu’à ses déclinaisons dans le domaine de la vulgarisation, et plus particulièrement de l’iconographie. Depuis 2001, il a collaboré à plusieurs reprises avec le Pôle international de préhistoire. Ses travaux ont également abordé les aspects liés aux archives privées des préhistoriens : archives de François Bordes et Denise de Sonneville-Bordes (Service régional de l’archéologie d’Aquitaine, Bordeaux) et programme de recherche sur les « Archives Henri Breuil » qui s’est prolongé en 2006 par une exposition et la parution d’un ouvrage sous sa direction aux éditions Somogy : Sur les chemins de la préhistoire, l’abbé Breuil du Périgord à l’Afrique du Sud. Plus récemment, il a élargi son étude de la vulgarisation archéologique aux collections et pratiques muséographiques du XIXe siècle (en collaboration avec le musée d’archéologie méditerranéenne à Marseille et le Laténium, Hauterive-Neuchâtel, Suisse).